Capteurs de pression

Les capteurs de pression sont des capteurs qui détectent la pression d’air dans l’admission du véhicule et la convertissent en un signal électrique qui est envoyé au
calculateur afin de régler le mélange stoechiométrique ou mélange air combustible.

L’importance de ces capteurs vient du fait qu’à des altitudes plus élevées que le niveau moyen de la mer, il y a moins d’oxygène dans l’air, ce qui oblige le calculateur à recalculer la quantité de combustible injecté pour toujours maintenir un équilibre entre l’air à l’intérieur du moteur et la quantité de combustible fournie, garantissant ainsi l’émission de polluants dans la norme et la puissance du moteur à n’importe quelle altitude.
Certains modèles de capteurs intègrent un capteur de température de type NTC qui permet au capteur de détecter non seulement la pression, mais aussi la température de l’air d’admission. Cette donnée est nécessaire pour que le calculateur puisse calculer la masse d’air aspiré de manière à régler le mélange air-combustible.

Les capteurs de pression doivent fonctionner dans des conditions de montage critiques, c’est-à-dire, de fonctionner à des températures comprises entre -40°C et +120°C. De plus ils doivent être résistants aux hydrocarbures. Pour que ce soit possible, FAE soumet ses capteurs de pression à des essais exhaustifs d’homologation qui comprennent :

- Fonctionnement cyclique à haute et basse pression dans des conditions environnementales extrêmes.
- Résistance aux vibrations et aux coups.
- Fonctionnement de surpression à basse et haute température.
- Résistance à l’humidité et à la température.
- Choc thermique -40÷150ºC

Tous nos capteurs sont soumis lors du montage aux essais d’étanchéité et aux vérifications de la tension de sortie. Les capteurs de pression se trouvent directement dans le collecteur d’admission ou sont connectés à ce dernier à l’aide d’un tube flexible.

Les capteurs de pression sont classés en :
1. Capteur de pression du collecteur d’admission : Ils se caractérisent par des plages de dépression comprises entre 10 et 130 kPa. On les trouve dans les véhicules dont le moteur est atmosphérique.
2. Capteur de pression de suralimentation : Ils mesurent des plages de surpression de 10-130 kPa ≤ P2 ≥ 400 kPa. Et ils sont montés sur des moteurs à suralimentation en air. Dans les véhicules à turbocompresseurs à géométrie variable (VGT), ce type de capteurs est très couramment utilisé car il permet au calculateur de mesurer et de contrôler la quantité d’air comprimé dans le tuyau d’admission.
3. Capteur de pression du servofrein : Contrairement au capteur de pression et de surpression, la fonction du capteur de pression du servofrein est d’informer le calculateur du moteur si la dépression dans l’amplificateur du servofrein est suffisante pour le fonctionnement correct de celui-ci. Si la dépression ne se trouve pas dans la plage, le calculateur modifiera la position du papillon, en le fermant de sorte que le vide généré par le moteur lui-même augmente et que la dépression dans le servofrein se trouve dans les paramètres autorisés.